Bienvenue en enfer !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arbalastre, le Démiurge.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arbalastre

avatar

Messages : 12

MessageSujet: Arbalastre, le Démiurge.    Mer 24 Sep - 13:14



Arbalastre, le Démiurge




Informations personnelles


Age : Plus de six siècles

Sexe : Homme

Ethnie : Damné

Statut : Démiurge




Pouvoirs :

Vermines , Infamies, Déviances et autres Monstruosités
Le fondement du pouvoir et de l’influence du Démiurge sur le monde infernal consiste en sa capacité à générer de nouvelles formes de vies infernales. Forçant le processus d’émergences de nouvelles entités par des procédés tels que le croisement des espèces, le dressage ou l’asservissement d’êtres étranges, Arbalastre est  le géniteur de nombre de bêtes étranges [Décrites dans l'historique].  

L'Emprise
Assurément, Arbalastre ne se serait jamais extrait de la fange sans sa maitrise de « l’Emprise ». Ou tout du moins est-ce le nom qu’il donne à l’influence charismatique qu’il peut déployer envers les tiers. Sans l’emprise d’un Capitaine sur ses subordonnés , l’équipage d’un navire se rebifferait avant d’entrer dans la tempête ou un bataillon se débanderait à l’approche de l’ennemi.

Sans Emprise, Arbalastre serait bien en peine de dresser les pires créatures et de se faire reconnaître d’elles comme étant leur Primus.

Par Primus, entendons un stade supérieur au mâle premier de la meute, un être apte à imposer ses pensées aux alphas d’espèces différentes. Loin d’être le seul Primus, le Démiurge sélectionne ceux parmi ses servants possédant de telles aptitudes, afin d’en faire ses principaux subordonnés.


Armes :

La « Lance brisée » est l’arme usuelle du Démiurge. Trouvée dans les soubassements du  Pandaemonium la longueur de la hampe avoisine encore légèrement plus d’un mètre, alors que la lame, noire et froide, couvre une longueur d’environ dix pouces de bon métal. L’arme à la hampe brisée peut prendre des allures de hachoir entre ses mains. L’ensemble de cet artefact semble avoir baigné trop longtemps dans les eaux de ruissellement  et les fondements de la ville. Sa couleur, entre le vert et le noir, semble suspecte de prime abord, ainsi qu’au second coup d’œil. Tenue à une main, elle présente un maniement à mi-chemin entre celui du sabre et de la hache. A deux mains, elle permet d’obtenir des torsions rapides et des angles surprenants, du fait de la répartition inhabituelle du poids de l’arme.
La « Mater Dolorosa » - Née de l’alliance du buis, de frêne, de noisetier et du métal,  ce simulacre de baliste trouve son inspiration dans l’un des ouvrages rares ayant inspiré la réalisation de l’ouvrage : le fameux traité des « Sciences des courbes et des angles ».

L’apparence peu engageante de l’arme lui a valu son surnom de « Mater Dolorosa » car le métal entrant de sa composition – dit-on – aurait été tiré du matériau retravaillé d’une Vierge de fer. L’arbalète s’accompagne d’un étui de cuir aux rangements modulables garni de carreaux aux formes diverses : à têtes droites ou dentelées, à pointe-longue ou à logement creux, sifflants ou à tête ronde.



Description physique :

Nul Damné ne peut accéder aux plus hautes fonctions sans avoir fait preuve de la vigueur de son sang, de la bonne tenue de ses muscles et de la justesse de sa rhétorique. Le Démiurge a reçu des enfers une musculature fine et sèche, dure au mal. Son corps, longiligne, semble être taillé pour les longues marches ou des traversées de désert.

Son visage est typique d’un caractère fermement trempé et décidé. Son regard, embusqué derrière ses yeux plissés, est de ceux qui semblent pouvoir percer les intentions secrètes ou dévoiler des plans d’existences masqués au commun des mortels. En secret, ses plus jeunes servants, des deux genres, s’interrogent sur ses préférences sexuelles, tant il n’est rien à raconter sur ses relations personnelles. Usuellement vêtu de noir et de pourpre, couleurs se fondant naturellement dans le tableau que compose les Enfers, Arbalastre peut indifféremment se présenter sous les dehors d’une silhouette affairée, d’un important personnage ou d’un quelconque limier en maraude.  



Description psychologique :

Ses postures et attitudes laissent filtrer une nature sauvage, pouvant s’exprimer lors de sévères écarts, aussi rares que violents. Pourtant, c’est usuellement dans le plus grand calme, voire dans le plus grand silence, qu’il effectue ses déplacements. Lorsqu’il distribue ses consignes, c’est toujours en usant d’une voix monocorde, presque placide.
Les ambitions du Démiurge peuvent paraitre obscures. Œuvrant bien souvent pour le compte d’autres barons infernaux, il fournit à ses  commanditaires des créatures créées sur mesure et destinées à répondre  à leurs besoins particuliers : répandre la terreur, propager des maladies ou œuvrer sans fatigue à des chantiers infernaux.
Toutefois ces commandes semblent masquer une ambition en propre. Prenant actuellement position dans la Cité aux mille venelles de Pandaemonium le Démiurge semble croquer le décorum rue après rue. Infestant les quartiers avoisinants  le domaine qu’il considère comme sien de ses nuées.
Souvent en maraude du côté de la Sylve, il semble occupé à braconner sur les terres de l’archidémon afin de capturer certains spécimens inconnus , probablement afin de pouvoir les étudier par la suite. Mais dans quel but ? Mystère.


Histoire




Constantinople – 15ème siècle de notre ère.

Constantinople était tombée et avec elle les derniers vestiges de ce qui fut l’empire byzantin ; et avant lui les dernières instances de la Rome antique. Et avec elle, l’astrologue connu sous le nom d’Arbalastre.

Magicien pour les uns, mystique pour les autres, c’est avant tout de par lui que survécurent d’anciens rites et pratiques liés à la magie des onguents, des médications, des charmes protecteurs et autres particularités liées à la bonne santé des patients.

Héritier d’une tradition mystique, Arbalastre se trouva rapidement déçu par les limites des remèdes conjuratoires.

« Evoquer les esprits en vue d’obtenir un avantage dans cette vie est un geste vain ; puisque le prix s’en paie dans l’autre vie, sans fin » commentait-il dans l’un de ses écrits. Aussi, délaissant les édiles sur le sujet, il s’orienta vers d’autres sages qui lui enseignèrent par quels mots secrets insuffler la vie à des golems de glaise ou à éveiller ceux qui sommeillent dans les tombes.

« Peu satisfaisante que la nécromancie ; par ce biais, l’on peut atteindre la non-mort. Mais non-mort n’est pas la vie. L’être, piégé dans un cadavre, ne peut espérer retrouver les joies du quotidien. Certains de ces êtres, soumis à la question, semblent conserver quelques souvenirs de la fange infâmes où ils s’égaillaient avant leur simulacre de résurrection : les enfers. Preuve s’il en faut que les théoriciens de la chose secrète ne se trompèrent guère au sujet du royaume au-delà du Styx. Ainsi donc, être condamnable permet d’accéder aux enfers, où une forme de « vie » persiste ; et d’être évocable dans l’univers terrestre » ponctuait-il dans un autre écrit.

Dès lors, ses recherches s’orientèrent vers la connaissance du vivant. Chirurgien et accoucheur, c’est avec une obsession croissante qu’il décortiqua le corps humain après avoir vainement tenté durant des années d’étudier le ressort de l’âme. Après tout, peu importait que l’âme soit mortelle si le corps, lui, privé de la dégradation naturelle des années et des maladies, pouvait accueillir indéfiniment l’esprit.

« Ce ne serait donc pas une immortalité qu’il faudrait rechercher. Mais une non-mortalité de fait » concluait-il dans un autre de ses carnets de note.

Constantinople – 29 mai 1453.

La cité était tombée après des années de siège et de décrépitude de ses possessions ; tombée comme le dernier fruit de la saison, marquant la fin d’une époque et l’achèvement d’un cycle.  Avec elle, Arbalastre, mis sous les verrous pour quelques heures.
« Mes expériences sur le corps humain ne sont guère concluantes, malgré les dizaines de cadavres que j’ai pu manipuler et étudier. Oh, il n’est pas nécessaire d’expliciter mes positions plus avant  puisque le bucher m’attend d’ici quelques heures. Un négoce de cadavres, voilà ce qu’ils voient en mes travaux. Un négoce » inscrit-il dans un feuillet de confession d’une écriture rageuse.
« Que le bucher soit chaud, mes recherches, je les terminerai en enfer s’il le faut » conclut-il d’une écriture déliée.

Actuellement – Date indéterminée.

C’est depuis le quartier des « Mille venelles » qu’officie le Démiurge. Bien qu’il lorgne visiblement sur les possessions de certains de ses voisins il entretient quelques zones franches entre son domaine et celui de ses plus proches voisins. Consommateur de nombre de ressources, il se porte acquéreur dès qu’il le peut d’âmes servantes ou de bêtes rares pouvant alimenter son sérail.

C’est depuis un Manoir cossu – sa « résidence d’été » comme il se complait à l’appeler – qu’il pratique le négoce des bêtes étranges dont il est l’éleveur. Ces êtres, conçus par ses soins et pour des usages bien particuliers, composent une ménagerie dont peu de gens peuvent deviner l’étendue. Au chapitre de ses créations, l’on peut tirer la taxonomie suivante : les vermines et déviances ; les Infamies et les Monstruosités.

De la Vermine l’on peut retenir le caractère bestial et habité par l’esprit de meute. Regroupés en larges bandes, ces bêtes se soumettent à leur mâle premier, l’autorité d’un dresseur ou l’influence d’un primus.

Les Déviances constituent des écarts vis-à-vis de la norme de certaines créatures : taille hors norme, attributs étrangers à l’espèce d’origine constituent le quotidien de ces êtres.

Les Infamies rassemblent les formes les plus étrangères à la nature produites par le Démiurge. De l’espèce d’origine, il ne reste presque plus rien d’identifiable.
Enfin, les Monstruosités se démarquent par le caractère peu commun des entités qui composent ce sous-groupe. Craintes même de leur créature, c’est avec la plus grande circonspection qu’Arbalastre considère ces créations, et ce n’est que pour des usages bien particulier qu’il consent à les faire sortir de leurs geôles.

Actuellement, Arbalastre s'interroge sur les rumeurs insistantes décrivant l'émergence des Abyssaux : Menace ou Opportunité ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arbalastre

avatar

Messages : 12

MessageSujet: Re: Arbalastre, le Démiurge.    Jeu 25 Sep - 10:48

Et up, de mon côté, ce doit être à peu près complet.

A bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé

avatar

Messages : 66

MessageSujet: Re: Arbalastre, le Démiurge.    Jeu 25 Sep - 11:42

Eh bien, eh bien! Passionnante cette histoire Smile

Hâte que tu sois validé pour nous rejoindre en rp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone

avatar

Messages : 40

MessageSujet: Re: Arbalastre, le Démiurge.    Jeu 25 Sep - 12:18

Allez hop, rien à redire ! C'est validé !

Âmes de départ ajoutées, sous-forum privé créé, ajout au groupe des damnés : tu peux commencer à jouer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arbalastre, le Démiurge.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Arbalastre, le Démiurge.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hellcome :: Introduction :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: