Bienvenue en enfer !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le siège de la Citadelle [EVENT : Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Agamand

avatar

Messages : 40

MessageSujet: Le siège de la Citadelle [EVENT : Libre]   Mar 12 Aoû - 15:23

L’épée s’enfonça profondément dans la chaire noire, et quand Agamand la retira, le sang épais se déversa à ses pieds. Du plat de sa botte de fer, il repoussa la carcasse du chevreau depuis les remparts juste que sur les rangs de ses alliés. Les créatures s’étaient enfin décidées à passer à l’attaque, et tous les membres de la Chasse Sauvage étaient en train de combattre depuis des heures maintenant.

Au moins l’archidémon avait-il pu voir quels étaient ses soldats les mieux entraînés et lesquels auraient nécessité une attention un peu plus particulière de sa part. Quelques cadavres de démons en armure gisaient sur les murs bardés de ronces et d’épines, mais ils n’étaient rien en comparaison de la masse de corps grotesque que formaient les cadavres de leurs adversaires abyssaux. Les démons d’Agamand étaient des combattants hors pairs, et il avait veillé à ce que son armée soit suffisamment puissante pour lui permettre une ascension vers le trône des enfers.

Maintenant il était obligé de gâcher ses effectifs contre un adversaire imprévisible, et aux soldats innombrables. Pendant des jours les chevreaux s’étaient contentés d’isoler la forteresse. Il avait toutefois réussi à faire passer des messages à ses deux acolytes et jouets favoris. Le Chasseur devait être en ce moment même en train de redescendre de Pandaemonium en compagnie de toutes les troupes que le seigneur de la Chasse Sauvage y avait placées. Cela correspondrait à quelques régiments, mais ses meilleurs éléments étaient déjà dans la forteresse, les plus discrets seulement avaient été envoyés à la capitale.

Un chien démoniaque bondit par-dessus son épaule pour refermer sa gueule sur l’un des tentacules d’un chevreau. D’autres bêtes le rejoignirent et ce fut la curée. L’énième créature qui avait réussi à monter sur les remparts se retrouva entièrement dévorée par les canidés. Agamand caressa la tête de l’un de ses alphas. Si seulement les chevreaux avaient attaqué un de ses rivaux, mais non, il fallait que ce soit la citadelle des épines…

L’archidémon ne voyait qu’un seul moyen de réussir à vaincre la progéniture malingre de l’abyssal : tuer leur mère qui se trouvait bien tranquillement dans le sixième cercle. Mais pour réaliser un tel exploit, il lui faudrait l’aide d’autres factions du cinquième et du quatrième cercle, ce qui semblait peu probable. Les démons n’accordaient jamais leur aide gratuitement, et lui-même n’aurait pas bougé le petit doigt pour sauver ses adversaires. Ardat pourrait peut-être convaincre les érudits de la Scholomance, mais il devrait probablement attendre que la peur n’étreigne les cœurs à Pandaemonium. Un nouveau cadavre ensanglanté s’abattit à ses pieds.

Si la citadelle tombait, Roanoke suivrait rapidement, et avec elle toute la Sylve Cauchemardesque. Alors les abyssaux auraient un nouveau cercle pour proliférer et il doutait qu’aucune armée ne soit ensuite capable d’arrêter leur avancée. Peut-être que s’il pouvait envoyer des gens détruire l’escalier, alors les abysses seraient perdues, mais le reste des enfers survivrait.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agamand

avatar

Messages : 40

MessageSujet: Re: Le siège de la Citadelle [EVENT : Libre]   Mar 26 Aoû - 17:23


Le chemin jusqu’à la Sylve Cauchemardesque se passa sans encombre. Personne n’aurait osé affronter une telle force armée et les réfugiés s’étaient juste contentés de s’éloigner des troupes du Chasseur. Certains toutefois avaient trouvé dans la troupe suffisamment de courage pour prendre les armes et rebrousser chemin. Démons et damnés n’étaient finalement pas prêts à abandonner si facilement le cinquième cercle. Les rangs grossirent légèrement durant leur voyage, mais en aucun cas le Chasseur ne misa grand-chose sur ces nouvelles recrues. Elles déserteraient si jamais la bataille prenait un tour fâcheux. Leur soif de combat venait d’un courage éphémère, et même pas de l’appât du gain. Ce n’étaient finalement que des dommages collatéraux encore vivants.

Une fois qu’ils franchirent l’escalier et se retrouvèrent dans la Sylve, l’ambiance changea aussitôt. Il n’y avait qu’une poignée de chevreaux dans les marais, et ils étaient disséminés loin du passage entre les cercles. Mais la Sylve, c’était autre chose. Les arbres gigantesques et tortueux les entouraient, cachant tout potentiel ennemi. Les chiens infernaux reniflaient l’air, et avant même qu’ils n’aient atteints la Citadelle des épines, beaucoup durent déjà tremper leurs lames dans le sang ennemi.

Les chevreaux n’étaient pas si nombreux qu’il y paraissait, mais ils étaient puissants. Un seul d’entre eux mesurait bien trois mètres de haut, et n’était constitué que de tentacules et de gueules bardées de crocs. Ils n’avaient pas d’yeux, et ils se contentaient de courir entre les arbres, s’attaquant à tout ce qu’ils croisaient. Leur sang était noir, et il fallait bien plusieurs guerriers pour tuer un seul de ces adversaires. Mais finalement, l’armée du Chasseur arriva au pied de la Citadelle, et put voir l’étendu du siège.

Les cadavres des abyssaux étaient nombreux, venant tapisser les terres aux pieds des murailles. Leurs congénères venaient dévorer leurs morts, aucun morceau de chair n’était perdu. Les masses de chevreaux venaient escalader les remparts avec leurs tentacules et on pouvait voir les guerriers de la Chasse Sauvage se dresser au sommet de ces dernières. Le Chasseur descendit de l’arbre dans lequel il était juché.

Sa troupe se trouvait derrière une colline boisée, et l’armée ennemie ne les avait pas encore remarqués. Le but de l’affrontement serait simple. Il fallait massacrer suffisamment de Chevreaux pour détruire le siège, pour les disperser dans les bois et permettre à Agamand d’ouvrir les portes et de ravitailler la Citadelle. S’ils échouaient, ils mourraient aux pieds des remparts, s’ils réussissaient, alors il faudrait sûrement plusieurs jours voir semaines avant que l’ennemi ne puisse retenter pareil acte de guerre. Le Damné se tourna vers ses troupes.

- Bien, les chevreaux sont plus nombreux que nous, et ils sont aussi bien plus forts que la plupart d’entrevous. Je ne m’attarderais pas en longs discours ou en stratégies inutiles. Nous ne pouvons pas les encercler ou quoique ce soit d’autre. Nous formons une seule force de frappe pour effectuer une percée dans leurs rangs. Tuez tout ce que vous pouvez, et assurez-vous qu’ils soient bien morts. Nous divisons leur armée en deux, et nos alliés sur les remparts s’occuperont de ceux qui seront coincés entre nous et les murs.

Il eut un sourire, la première expression que ses compagnons de mésaventure lui voyaient. Sa hache tournoya avec élégance entre ses mains.

- J’ouvrirais la charge avec les chiens infernaux et les nouvelles recrues. Bougez-vous. Le reste, vous connaissez vos ordres.

Les vétérans de la Chasse, les véritables guerriers allaient former un blocus au centre duquel se trouveraient les esclaves. Ils devaient les protéger si possible, mais pas non plus au péril de leurs vies. La première charge devait déstabiliser les rangs ennemis en sacrifiant les recrues les plus faibles par la même occasion.

Les chiens infernaux poussèrent des hurlements tonitruants, puis ils s’élancèrent entre les arbres, à leurs côtés courait le Chasseur. Avec leurs quatre pattes ils étaient rapides et agiles. Leurs crocs ne tarderaient pas à rencontrer la chair des chevreaux. Le damné courait à la même vitesse qu’eux, démontrant sa puissance physique impressionnante. Le son d’une corne résonna entre les arbres, et les recrues s’élancèrent à leur tour. Une partie des chevreaux se dirigeait déjà vers eux, mais la majorité restaient concentrés sur l’assaut des remparts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasiphaé

avatar

Messages : 66

MessageSujet: Re: Le siège de la Citadelle [EVENT : Libre]   Mar 26 Aoû - 19:32

Les rangs de la troupe s'épaissirent au fur et à mesure du trajet. Il semblait que plusieurs habitants damnés et démons aient compris qu'il fallait faire front commun contre le fléau venu des abysses. Cependant, leur courage tiendrait-il lors des combats face à ces monstres si abominables et primitifs? Certains d'entre eux avaient peut-être fait partis du marché noir cela dit, et avaient déjà chasser ces bestioles pour en récupérer les os et se faire de l'argent. Malheureusement, on ne pouvait être sûr de rien. Peut-être qu'une poignée resterait jusqu'au bout de la bataille et cette dernière, serait implacable et longue.

Cette dernière perspective fit monter une poussée de désir et de plaisir dans le corps de l'Alfe. Elle voulait ardemment combattre ces êtres légendaires et bestiaux. Son âme de combattant trépignait de n'être pas encore face à eux et elle espérait vraiment pouvoir combattre avec son plein potentiel et ne pas à avoir à retenir ses coups et maléfices. Une lueur d'hystérie naquit dans son regard sombre : elle profiterait de tous, combattant et vaincu, d'une manière ou d'une autre, elle satisferait ses bas instincts de mort et de destruction.

Au sein des marais, la troupe rencontra quelques chevreaux. À un moment même, Morgue aperçut les limites du Labyrinthe où quelques abyssaux passaient leur temps à entrer et sortir inlassablement. Melda jouait avec les créatures afin de protéger le cœur où s'était certainement regroupé toutes les créatures, hormis peut-être les gueules béantes qui devaient être gardées soigneusement dans le second espace, histoire de faire une bonne résistance si les chevreaux réussissaient à passer. La sorcière sourit en pensant à cet endroit, c'était son foyer d'une certaine manière, et il tenait bon pour le moment. Pasiphaé avait eut raison en disant que le Labyrinthe ne tomberait pas facilement.

Quand ils dépassèrent l'escalier et entrèrent dans la Sylve, l'optimisme prenait une sévère claque. Du moins, pour certains des compagnons de fortune, car l'Alfe se sentit toute électrisée par cela. Comment faillir dans un lieu si excitant? C'était du non-sens pour elle. De plus, la découverte de ce cercle ajoutait à son enthousiasme et à sa fébrilité, ses sens étaient aux aboies et son esprit alerte comme jamais. La faune gigantesque et noueuse de la Sylve n'était pas un mythe, loin de là. Seule, elle aurait certainement lâcher un brouillard fétide pour affaiblir tout assaillant. Néanmoins, cet acte affaiblirait ceux qui l'entourait et elle ne pouvait se le permettre. Du moins, pas immédiatement. Son regard balaya ceux qui l'entouraient parmi les recrues et la sorcière se dit que bon nombre d'entre eux lui servirait de bouclier plus tôt qu'ils ne l'imaginaient.

Cinq abyssaux surgirent sur le chemin, à des moments différents, venant harceler les flancs de la cohorte. Elle eut l'occasion de se battre contre l'un d'entre eux avec plusieurs recrues. Elle combattit sans utiliser le moindre sort. Ne voulant pas les utiliser à tort et à travers. Après tout, cela coûtait d'utiliser le Dhar. La puissance de cette magie n'était plus à démontrer, mais les pratiquants savaient aussi qu'il ne fallait pas l'utiliser sans motif. De plus, mais surtout, l'Alfe voulait ne l'utiliser que face à plusieurs ennemis, lorsque sa détermination et son envie de vaincre serait inébranlable. Morgue savait que dans ces conditions, elle pourrait cracher tous ces maux sans répercussion contre elle-même. Bientôt, ils s'arrêtèrent sagement. Le chef monta à un arbre pour évaluer la situation. Morgue quant à elle, humait l'air avec une certaine délectation : cela sentait le sang et la sueur, le combat était si proche... Sa langue gourmande passa sur ses lèvres alors que ses yeux étaient clos. Aujourd'hui, elle allait se donner à son sadisme ainsi qu'à son hystérie sans la moindre entrave.

Le chasseur descendit de son perchoir et fit face aux troupes :

- Bien, les chevreaux sont plus nombreux que nous, et ils sont aussi bien plus forts que la plupart d’entrevous. Je ne m’attarderais pas en longs discours ou en stratégies inutiles. Nous ne pouvons pas les encercler ou quoique ce soit d’autre. Nous formons une seule force de frappe pour effectuer une percée dans leurs rangs. Tuez tout ce que vous pouvez, et assurez-vous qu’ils soient bien morts. Nous divisons leur armée en deux, et nos alliés sur les remparts s’occuperont de ceux qui seront coincés entre nous et les murs.

La sorcière ouvrit l’œil lors des consignes. Fort contente que la stratégie soit si primaire. Sa poitrine se soulevait de puissante inspiration, intérieurement, elle n'en pouvait plus d'attendre. Elle voulait son dû, ses cadavres amoncelés et inertes quels qu'ils soient. Un sourire s'afficha sur le visage du chef tandis qu'il faisait tournoyer sa hache. Lui aussi avait hâte d'y être de toute évidence.

- J’ouvrirais la charge avec les chiens infernaux et les nouvelles recrues. Bougez-vous. Le reste, vous connaissez vos ordres.

Morgue regarda par dessus son épaules la formation de ceux de la Chasse et comprit de suite quel serait leur rôle : protéger le butin de la capitale pour qu'il atteigne la citadelle. Les chiens et le chasseur fondraient sur la masse des abyssaux, leur assénant un coup violent et les recrues accuseraient les coups. Cela permettrait aux plus forts de passer et assurément à ceux de la chasse en priorité. Logique, simple, pragmatique. La sorcière aimait cela et s'en fichait royalement contrairement à certains qui déglutissaient difficilement.

Les hurlements des chiens et le retentissement de la corne résonnèrent comme le coup d'envoi des hostilités. Morgue n'avait pas la vitesse du Chasseur, cela dit, elle ne s'en sentit pas lésée pour autant, un rire sadique sortit de son opulente poitrine tandis que son œil s'allumait d'une rage toute particulière. Elle avait hâte que plusieurs recrues périssent, cela lui ferait de l'énergie en moins à prendre sur elle pour assurer sa protection. Quelques chevreaux s'étaient détournés du champ de bataille et vinrent sur eux. La tête de la formation était solide, seule la partie avec les recrues étaient précaires en somme. Très vite, ils furent pris en tenaille par les monstres tentaculaires. Les craquements de membres alliés aux hurlements de terreur fusèrent au grand plaisir de Morgue qui lança son premier sort de zone. Elle invoqua les âmes des défunts et s'en fit une énergie protectrice, traçant au sol un énorme glyphe de forme circulaire. Forte de cette protection magique, elle s'élançant vers l'un des chevreaux, lui balançant en de la foudre directement dans la gueule béante alors qu'il s’apprêtait à dévorer un damné encore vivant. Le monstre le lâcha et la victime se ressaisit et frappa plusieurs tentacules. Un hurlement sourd sortit du chevreau, signe que les éclairs l'avaient touché là où cela faisait mal. Profitant de la faiblesse momentanée du monstre, l'Alfe lui trancha l'une de ses pattes avec une certaine déception, elle voulait lui en prendre plus d'une d'un coup, et elle ne put lui en sectionner qu'une seule, le laissant encore stable et suffisamment mobile pour poser problème. Cela dit, elle réagit immédiatement et lança une pluie d'aiguillons empoisonnés sur les plaies. Cela permettrait l'amenuisement des capacités de la bête. Cependant, cela n'agit pas immédiatement et amusée, elle bouscula l'un des combattants qui finit par être prit par le dévoreur qui s'apprêtait à le bouffer sec. À nouveau, la guerrière lança ses éclairs dans la gueule et profita de l'occasion pour s'acharner sur deux autres pâtes dont elle rempli les plaies d'aiguillons mortels. La créature chancela, ce qui donna de la vigueur aux recrues qui s'y attelèrent avec plus d'enthousiasme. À force de coup, de tranchés dans les chairs, l'animal s'écroula et quelques damnés restèrent dessus pour l'achever alors que d'autres bestioles arrivaient à la rescousse.

Gardant un œil sur le déroulement de la bataille, Morgue s'activa pour être la plus proche possible des chiens infernaux. Il valait mieux compter sur ces bêtes que sur les recrues. Enjambant plusieurs cadavres dont elle aspirait l'énergie, elle s'élança vers l'avant des forces. Là, elle combattit avec plus de précaution, les coups de griffes et de mâchoires des molosses étaient efficaces et il n'était pas question de les sacrifier bêtement. Elle vint en support des chiens les plus exposés, leur donnant de l'énergie supplémentaire contre leur adversaire tout en entaillant les monstres à coup d'épée, le tout, sous une pluie d'aiguillons et de foudre bien sentie. Quand des chevreaux venaient à la rescousses, elle les enrobait de brouillard fétides et les leur faisait tomber une trombe d'aiguillons et de foudre, les affaiblissant avant même d'avoir pu porter des coups. Elle jouait sur l'usure des abyssaux, agissait en support pour les chiens, tout en se faisant plaisir sans être vraiment exposé. Cela, elle ne le serait qu'en cas d'effondrement de la tête des troupes, mais cela, elle n'y croyait guère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agamand

avatar

Messages : 40

MessageSujet: Re: Le siège de la Citadelle [EVENT : Libre]   Mar 26 Aoû - 20:32


Le Chasseur courait, les gueules des chiens claquant derrière lui. Il courait comme seul lui en était capable. Un homme aurait été épuisé, incapable de se battre, et pourtant, lui bondit, levant sa hache au-dessus de son crâne. Le Chasseur n’avait pas connu la fatigue depuis des générations, depuis des années, depuis qu’il avait bu pour la première fois le sang d’Agamand. Il n’y avait plus eut de fatigue, seulement la force, la guerre et la douleur. C’était tout ce qu’il avait, on l’avait même dépouillé de son nom.
Cela faisait de lui le prédateur ultime, tout aussi impitoyable que la lame de sa hache qui venait s’encastrer à l’intérieur d’un chevreau. Les tentacules venaient se saisir de ses jambes, tentaient de le déstabiliser, de le faire tomber, mais il restait campé sur la créature, cramponné à son arme. Le sang noir bouillonnait autour de la plaie. Il délivra sa hache de son carcan de chair et bondit un peu plus loin. Déjà les chiens venaient refermer leurs crocs sur les appendices de sa première victime.

Les chevreaux était étrangement silencieux, trop silencieux. Ils mourraient en silence, ou alors en poussant très peu de gémissements. Ils ne parlaient pas, ils ne pleuraient pas, ne connaissaient pas la peur contrairement à la plupart des troupes de l’assaut. Mais malheureusement pour eux, le Chasseur leur était en tout point semblable. Un large coup de taille vint ouvrir un large sillon dans le flanc d’une autre créature. Un canidé bondit au sommet de la bête, traçant à son tour des plaies de ses griffes, comme s’il fouaillait la chair pour en déterrer un ossement.

Les chevreaux étaient forts, ils étaient endurants, mais ils n’étaient pas assez vifs pour affronter l’avant-garde. Le nombre finirait toutefois par jouer en leur faveur, mais d’ici là, les recrues seraient arrivées. La dépouille d’un chien à moitié dévoré fut recrachée juste aux pieds du damné. La lame de la main des plaies vint découper le chevreau de la même manière. Les cadavres s’amoncelaient peu à peu, mais pour chaque abyssal qui tombait, le Chasseur voyait de plus en plus de dépouilles de chiens, mais aussi maintenant des démons qu’il avait recruté à Pandaemonium.

Imperturbable, il continuait d’avancer au travers de la tourmente d’appendices monstrueux. Il sectionnait tout ce qui se trouvait sur son passage, et pour l’approcher, les abominations devaient bien souvent se résigner à recevoir des blessures mortelles. C’était une rivière de sang noir qui coulait maintenant sous les pas du Chasseur. Mais il continuait d’avancer.

Plusieurs mètres derrière, les guerriers de la Chasse Sauvage appliquaient leur rôle à merveille. La chair à canon tout comme les chiens avaient affaiblit la première ligne des chevreaux. La majorité de ceux qu’ils affrontaient étaient désormais blessés, ou trop occupés à dévorer les cadavres des morts pour se rendre compte de ce qui approchait. Les démons d’Agamand étaient des vétérans, ils se connaissaient, se faisaient confiance, et les armures qu’ils portaient les protégeaient de la majorité des attaques. L’un d’entre eux se fit violemment arraché un bras par l’un des chevreaux. Ivre de rage, il plongea de la gueule de la bête pour le récupérer. Au moins emporterait-il son adversaire avec lui.

Les esclaves pleuraient, hurlaient à l’intérieur du cercle de guerriers, incapable de comprendre qu’elles étaient bien plus en sûreté que tous ces démons et damnés libres qui affrontaient ici et là les troupes abyssales. Des volées de flèches furent tirées depuis la Citadelle, venant cribler plusieurs horreurs de leurs pointes acérées avant même qu’elles ne rencontrent l’avant-garde. L’épée d’ombre et de flammes d’Agamand brillait sur les remparts, flambeau dans ce champ de bataille tâché de sang noir.

Le Chasseur essuya le liquide poisseux qui coulait depuis son visage. Il n’était plus que mort et douleur, et c’était sa seule façon de se sentir vivant. Finalement l’Archidémon avait toujours eut une façon étrange de façonner ses alliés, en faisant des machines de guerres à de terribles prix. Un hurlement lugubre retentit, un hurlement bestial qui ne venait en aucun cas de la cage thoracique du Chasseur, mais pas non plus des chevreaux.

Agamand avait décidé de se joindre à son champion. Mais il ne combattrait pas avec son épée et son armure. C’était un gigantesque chien noir, à l’aspect presque spectral, des volutes d’ombres s’échappant de ses chairs qui se dressait maintenant sur le champ de bataille. A ses côtés se trouvaient les autres bêtes, et sa simple présence avait rappelé à lui toutes celles qui s’étaient dispersés pour affronter les chevreaux. L’archidémon était là, prêt à en découdre, et lorsqu’il hurla une nouvelle fois, le frisson de la chasse envahit chacun des combattants survivant.

C’était une émotion puissante et destructrice, une envie de tuer incontrôlable qui avait fait la réputation de la Chasse Sauvage. Face à ce sortilège, n’importe quelle créature pouvait trouver le tueur qui était en elle. Le Chasseur ne fut alors à son tour plus que carnage, encore une fois. Un tourbillon de sang et de lames qui ne laissait derrière lui que désolation. Il était maintenant rejoint par ce chien noir, cet héraut funeste. Agamand et le Chasseur étaient tous deux des combattants exemplaires, tous les deux, ils formaient une force cruelle et implacable. Déjà les chevreaux commençaient à être écrasés, notamment par la présence des différents champions qui se dressaient contre eux, qu’ils fassent parti de la Chasse Sauvage ou non.

Les abyssaux semblaient peu à peu déboussolés, incapables de savoir d’où venaient les ennemis. Les portes de la Citadelle s’ouvrirent, et d’autres démons en armure se joignirent au massacre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand Gris
Admin
avatar

Messages : 194

MessageSujet: Re: Le siège de la Citadelle [EVENT : Libre]   Sam 25 Oct - 10:34

Les Chevreaux étaient vaincus, tout du moins pour le moment. Toutefois, quelque chose clochait. La petite troupe de recrues et de renforts que le Chasseur avait amené se tenait toujours devant les remparts, leur meneur s'approchant de l'archidémon, lorsque des hurlements retentirent en provenance des bois. Est-ce que les Chevreaux avaient réussi à se reformer à une vitesse effrayante ? Non, c'était quelque chose d'autre. Des craquements sinistres retentirent à leurs tours, et un instant, les démons et damnés les moins aguerris eurent l'impression que la forêt elle-même venait se masser contre les remparts, mais ce n'était pas la forêt.

Enfin, pas vraiment.

Les morts-vivants furent les premiers à marcher entre les arbres. Leurs corps squelettiques étaient recouverts de végétation, et si leur démarche était mal assurée et claudicante, ils étaient toutefois une horde innombrable, bien plus encore que les chevreaux. Dans leur sillage venaient d'autres créatures, des arbres gigantesques à l'aspect torturé qui s'avançaient dans des craquements d'écorces. De nombreux corps étaient insérés eu bois, leurs crânes caquetant en vain. C'était une forme de nécromancie puissante et ancienne qui se dressait là, le genre que l'on n'enseignait pas à la Scholomance.

Quoiqu'il en soit, un nouvel ennemi de l'Archidémon venait de faire son apparition. Qui était-il ? C'était une bonne question. Mais assurément, le Chasseur, Morgue et Agamand devraient commencer par se concentrer sur leur survie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellcome.forumactif.com
Pasiphaé

avatar

Messages : 66

MessageSujet: Re: Le siège de la Citadelle [EVENT : Libre]   Jeu 30 Oct - 18:51




Plusieurs mètres derrière elle, les guerriers de la Chasse Sauvage appliquaient leur rôle à merveille : celui de rempart entre les chevreaux et la marchandise. Les nouvelles recrues avait servi à éclaircir les rangs des monstres et à les affaiblir suffisamment pour que les démons sous les ordres du Chasseur n'aient pas trop de soucis. Cela, elle s'en était toujours doutée, c'est pourquoi elle s'était appliquée à se tenir plus proche des molosses que des malheureux qui finissaient coupés en deux ou broyés par les mâchoires des abyssaux. De là où elle se tenait, elle récoltait l'énergie des combattants tombés et s'en servait alimenter ses propres pouvoirs. Les lamentations des esclaves lui tapait littéralement sur les nerfs mais elle se retint d'en tuer quelques unes, se rabattant sur les chevreaux sur lesquels elle se défoula allègrement.

Plusieurs volées de flèches furent tirées depuis la Citadelle, venant cribler plusieurs horreurs de leurs pointes acérées avant même qu’elles ne rencontrent l’avant-garde. Morgue profita de ce répit pour redresser la tête, ils n'étaient plus vraiment loin de la fameuse citadelle et le seigneur des lieux se dressait sur les remparts. Soudainement, le maître de la chasse se métamorphosa en un énorme chien noir et poussa un hurlement tonitruant et perçant. L'ensemble de la meute se rassembla sous l'appel du chef de la horde et au second vagissement, chaque combattant pouvait sentir en lui l'appel du sang et du carnage. La sorcière ne fit pas exception à cela.

Morgue fut prise d'un rire macabre et aigüe. Puis elle fondit droit devant elle, l'épée dégainée et flamboyante. Son œil brillait d'un éclat vif et un sourire sadique s'était figé sur son visage. Riant toujours comme une folle, elle bondit sur le premier chevreau, le dépassant puis abattit son arme sur la bête qu'elle fendit en deux sur la hauteur, du crâne jusqu'au sol, faisant alors gicler un flot noirâtre qu'elle traversa pour alla s'en prendre au prochain spécimen. Un damné fraichement recruté lui passa devant alors, embuche entre elle et sa proie, elle le décapita et lui marcha dessus avant de s'en prendre au prochain bestiaux. Ce dernier se saisit d'elle avec ses tentacules et la souleva de sol, bien enserré et semblant maitre de les situation. Mais c'était sans compter sur la furie de la dame qui fit s'abattre une pluie d'aiguillons sur la chose qui défit son étreinte de si peu, et pourtant trop. Elle sectionna les tentacules puis retomba au sol et éperonna la créature à l'abdomen avant de se mettre à faire des aller-retour dans la chose qui finit par tomber dans des spasmes nerveux.

La sorcière avait le pied sur le cadavre et continuait de jouer avec les nerfs de la chose en ricanant. Les abyssaux semblaient peu à peu déboussolés, incapables de savoir d’où venaient les ennemis. Un grincement bruyant résonnait malgré le bordel sur le champ de bataille. La femme tourna la tête avec une moue de colère : les portes de la Citadelle s’ouvraient et d’autres démons surgirent. Ces salopards venaient lui ravirent son plaisir! Ne pouvaient-ils rester à regarder ses enflures? non! Il fallait qu'ils débarquent alors qu'on ne leur demandait rien! N'appréciant guère les secours, elle se lança à nouveau à brides abattues sur l'ennemi, trancha et transperçant, riant à gorge déployée. Il y en avait de moins en moins alors qu'elle en voulait de plus en plus. La sorcière n'en devenait que plus agressive et vicieuse! Ces bestioles la frustraient au plus haut point! Bientôt, elle trancherait dans les rangs des arrivistes stupides qui les avaient rejoint, peu importe qu'on lui reproche après, elle voulait sa dose.

Alors que les chevreaux n'étaient plus une menace, son œil se tourna vers ceux qui étaient restés prêts d'elle. L'alfe se passa la langue sur la lèvre, se demandant par lequel elle allait commencée pour se faire plaisir puis elle fut stoppée nette par toute autre chose. Des hurlements retentirent en provenance des bois. L’œil se fronça et se détourna de ses proies potentiel, fixant dorénavant les bois. Des craquements, signe d'une armée en marche, retentirent. La sorcière commençait à trépigner d'impatience, ne voyant guère l'ennemi. Puis progressivement, des  morts-vivants franchirent le couvert des arbres. La semi-démone eut une expression de mépris. Des morts-vivants?! C'était d'un banal... Un roitelet opportuniste tentait de se distinguer et de prendre la place d'Agamand très certainement. Morgue cracha au sol avec dédain et pas du tout impressionnée.

Cependant, la remarque d'un allié lui redonna un semblant d'intérêt pour la suite : les maccabés étaient recouverts de végétation et derrière eux, des arbres ou des choses qui avaient partiellement un corps d'arbre s'avançaient péniblement. C'était de la nécromancie chtonienne, Morgue en était sûre. Pleine d'admiration, elle poussa un sifflement enthousiaste et admiratif : c'était de la belle ouvrage en fait! La sorcière souhaita alors survivre à la bataille pour félicité la consœur ou le confrère qui était capable de faire pareil chef d’œuvre! Comme coup de semonce, Morgue invoqua de sombres nuages qu'elle plaça au-dessus des premières lignes ennemis et qui déchargèrent alors une pluie torrentielle d'aiguillons et d'éclairs sur les morts-vivants. Déjà, la sorcière jouissait à l'idée d'utiliser le Dhar pour rivaliser avec l'adversaire qui demeurait hors de portée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agamand

avatar

Messages : 40

MessageSujet: Re: Le siège de la Citadelle [EVENT : Libre]   Sam 8 Nov - 18:07

Les guerriers de la Chasse Sauvage eurent à peine le temps de faire rentrer les esclaves dans la forteresse que déjà la première ligne des morts-vivants les atteignaient. Dans leurs armures lourdes, la majorité des attaques de leurs adversaires étaient vaines, et rapidement le Chasseur se plaça sur le front pour repousser les hordes à grand coups de haches. Les créatures toutefois étaient bien plus nombreuses que les défenseurs, plus nombreuses encore que les chevreaux dont la plupart avaient fui maintenant.

Les chiens de la Chasse avaient battu en retraite. Face à un ennemi en formation aussi compacte il ne servait à rien d'aller le harceler et ceux qui avaient bondit dans les rangs ennemis avaient été massacrés. Puis arrivèrent les arbres gigantesques... De leurs branches et leurs chaînes ils frappaient les défenseurs, avançant inexorablement et formant des adversaires redoutables.

Agamand avait reprit sa forme de démon et il chevaucha juché sur un cauchemar, un cheval démoniaque, au côtés de certains de ses meilleurs guerriers pour tenter de briser les rangs des morts-vivants. Derrière lui, ses chasseurs et son champion continuaient d'être repoussés vers les portes de la citadelle. C'était une force considérable qui leur faisait face, mais la Chasse Sauvage avait encore plusieurs atouts dans sa manche. Des sorcières se trouvaient sur les remparts et utilisèrent leurs pouvoirs pour tenter de repousser la marée de morts.

Des flammes surgirent de leurs mains pour venir s'abattre sur les zombies végétaux. Des volets de flèches venaient les rejoindre, sans grand dégâts. Quelques Leshi, créatures sylvestres asservies par la Chasse s'avancèrent à leur tour, envoyant des marées d'insectes dévorer les chairs décomposés des soldats adverses. Agamand frappait tout ce qui l'entourait de sa terrible lame. Son armure ne pouvait se nourrir du sang de ses ennemis mais il n'en restait pas moins un guerrier redoutable. Toutefois il devait lutter contre une véritable marée. L'un des géants sylvestres s'approcha de lui et de sa monture.

L'archidémon poussa un hurlement de rage qui dénotait avec les craquements silencieux de ses adversaires. Il précipita sa monture sur ce nouvel adversaire. Son épée s'enfonça dans le tronc avant de s'enflammer, transformant l'écorce et le bois en braises ardentes. Autour de lui ses compagnons étaient emprunts d'une frénésie meurtrière. Ils frappaient avec une férocité insoupçonnée, ravangeant tous ceux qui les entouraient sous l'influence de leur maître.

Plusieurs mètres derrières, la ligne tenue par le Chasseur et ses semblables se trouvait maintenant au niveau des portes de la citadelle. Derrière lui des démons portaient des regards plaintifs en direction du champ de bataille. Ils ignoraient s'ils devaient fermer les portes ou bien attendre le retour d'Agamand dans la forteresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand Gris
Admin
avatar

Messages : 194

MessageSujet: Re: Le siège de la Citadelle [EVENT : Libre]   Sam 8 Nov - 18:21

La Chasse Sauvage, mais aussi Morgue faisaient preuve d'une férocité exemplaire dans leur bataille contre les créatures mort-vivantes. Les pouvoirs de la sorcière éclaircirent un temps les rangs de leurs adversaires, mais dès qu'une des créatures tombait au champ de bataille, une autre prenait sa place. Quelques minutes plus tard, la végétation de la Sylve venait enserrer le cadavre du trépassé pour lui permettre de se relever à nouveau.

Les arbres s'étaient avancés, et on aurait dit que c'était la forêt elle-même qui s'avançait pour engloutir la citadelle. De nombreux guerriers de la Chasse Sauvage avaient succombé, et les recrues tuées précédemment dans le combat contre les chevreaux avaient servi un sinistre objectif : elles servaient maintenant de soldats à l'armée de zombies sylvestres. La végétation s'étendait de guerrier en guerrier. Des ronces s'abattirent sur le Chasseur qui tenait fièrement la ligne face à la Citadelle. Un arbre gigantesque se dressa pour charger Morgue. Ses branches tourbillonnantes laissaient voir des crânes avides de chair fraîche. Il écrasait ses semblables sans aucun problème.

Au coeur de la bataille, les cavaliers et Agamand se trouvaient entouré d'un cercle de flammes. Un incendie se propageait chez les monstres végétaux ce qui ne semblait pas les empêcher de se défendre et d'affronter les chasseurs. La monture de l'archidémon venait d'être empalée par une racine et il se trouvait maintenant à pied, entouré d'ennemis.

La magie du nécromancien encore inconnu, ou des nécromanciens alla encore plus loin. Les Leshi, ces esprits sylvestres et démoniaques à la fois furent retournés contre leurs maîtres. Les guerriers du Chasseur durent faire face à une vague d'insectes. Ils se glissaient dans leurs armures, piquant leurs chairs là où les autres créatures ne pouvaient rien faire. Les Leshi furent rapidement tué mais l'armée d'Agamand dut encore reculer.

Alors, une silhouette fendit la foule de zombies en feu pour s'approcher de l'archidémon. Tout comme lui, elle portait une armure sombre, mais la sienne brillait légèrement, renvoyant les flammes qui l'entourait. Une longue épée se trouvait entre ses mains et dans son dos tombait une cape en plumes de corbeaux. L'un de ces animaux attendait patiemment sur son épaule. Ce n'était peut-être pas le nécromancien, mais Agamand reconnut aussitôt l'être qui lui faisait face, et qui devait être à l'origine de cette bataille.

Il était un mythe pour beaucoup... Un ancien roi chtonien au royaume oublié qui menait une société secrète au sein de l'empire aujourd'hui décadent. Un adversaire plus ancien encore que les archidémons eux-mêmes.

Le Roi Corbeau se révélait enfin.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellcome.forumactif.com
Pasiphaé

avatar

Messages : 66

MessageSujet: Re: Le siège de la Citadelle [EVENT : Libre]   Dim 9 Nov - 14:21





Alors que Morgue s'en donnait à cœur joie, les cadavres se relevaient et marchaient contre la Chasse. La sorcière fronça le sourcil et sa lèvre se releva d'agacement : quoi de plus étonnant de la part d'un nécromancien de recycler ceux tombés durant la bataille? L'alfe choisit donc de changer un tout petit peu de technique. Les cadavres devaient être dans un état qui ne pouvait plus servir à quoi que ce soit. Alors qu'elle consumait jusqu'à mettre les cendres les cadavres, un arbre gigantesque se dressa pour la charger. Ses branches tourbillonnantes laissaient voir des crânes avides de chair fraîche.

Le sourire de la sorcière s'effaça un instant, elle réfléchissait à cette chose, à la fois arbre et zombie. Cette créature était pétrie d'éléments organique trainant dans le coin. Tout pouvait donc se retourner contre elle si elle n'y prenait pas garde. Il était temps d'utiliser sa rage et sa folie pour se prémunir de cela. Du fin fond de son âme, elle en appela à l'antique magie des alfes, le Dhar. Magie noire puissante et terrible sur le champ de bataille, mais à double tranchant pour les sorcières. Une bulle argentée et sombre l'entoura, émettant des éclairs. Cette première démarche lui permit de se prémunir aisément des Leshi qui s'étaient retourner contre la Chasse et ses alliés.

Son adversaire, fortement énervé (semble-t-il) contre les réussites de la sorcière, lui fonça dessus. Les composantes criaient famine et elles allaient en avoir pour leurs mâchoires affamées! Un gigantesque glyphe apparut au sol, visible à quelques endroits, rares, sans cadavres ou blessés. La sorcière se tenait au centre du cercle. Tout ce qui se trouva sur la zones se vida de toute énergie tout les occupants, vivant ou non, animal ou végétal, avant d'être changé en poussières qui s'envolaient au grès du vent. Le glyphe s'agrandit, et tout ce qui s'y trouva finit de la même manière que les précédents. L'arbre continuerait-il son délire?

Pendant ce temps, là, depuis sa bulle, Morgue pouvait voir un combattant sortir de la masse : protégé d'une armure d'où s'échappait quelques luminosités suspectes. Il brandissait son épée longue et fonçait vers Agamand. Un bref instant, elle se dit à elle-même que si elle avait su le rôle de cet individu, s'il s'agissait du maître de ce chef-d’œuvre, elle aurait quitté sans hésitation la Chasse pour jurer fidélité à l'adversaire. Mais cela, elle ne le ferait qu'elle serait sûre de l'identité du général des troupes. Car de toute évidence, il s'agissait de chtoniens, de créatures plus anciennes que les démons. Or, Morgue ayant la haine de ces derniers, être dans le camp d'une puissance chtonienne était inespéré!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand Gris
Admin
avatar

Messages : 194

MessageSujet: Re: Le siège de la Citadelle [EVENT : Libre]   Dim 14 Déc - 21:22

[HRP]Après une discussion avec moi-même, j'ai décidé de poster directement ![/HRP]



L'arbre était comme enragé. Véritable furie d'écorce et d'ossements il avait décidé de faire de Morgue sa cible, ou tout du moins était-elle l'adversaire le plus proche de lui. La horde de zombies sylvestres et des leurs camarades plus grands ne faisaient aucune discrimination au sein de leurs adversaires. Ils avançaient telle une marée implacables et clairement Morgue se trouvait du mauvais côté du champ de bataille. Plusieurs zombies avaient même commencé à fusionner pour former une sorte de lierre grimpant le long des murailles. Quiconque était derrière cette nécromancie était assurément un chtonien, mais assurément un chtonien puissant. Clairement cela ne pouvait pas être le Roi Corbeau, ce dernier se lançant dans un combat effréné contre l'archidémon.

C'était toutefois un terrible affrontement pour la semi-démone. L'arbre fut blessé par la glyphe, son écorce commençant à se flétrir, quelques branches tombant et même quelques uns de ses squelettes insérés dans son tronc ployant lamentablement sous le poids de leurs propres ossements. La créature réussit toutefois à abattre une sorte de poing ligneux en direction de la sorcière, avant de s'écrouler lamentablement au sol dans une série de craquement sinistres. Le choc était sûrement terrible pour Morgue, mais déjà d'autres adversaires s'avançaient, marchant sur le glyphe et tombant en poussière sans se soucier de leurs propres vies. Mais le sortilège serait probablement limité et finirait par céder face au nombre des assaillants.

Finalement, tout se jouait à l'unique conflit entre les deux créature en armures. Agamand était plus grand, plus lourd, et son épée enflammée était redoutable. C'était une silhouette noire et ensanglantée surplombant de toute sa hauteur celle plus mince du roi corbeau à la cape de plumes. Les deux êtres virent leurs lames se croiser encore et encore. La chaleur de l'épée de l'archidémon ne semblait en aucun cas gêner le chtonien. Beaucoup étaient ceux qui avaient entendu des rumeurs à ses propos, mais il avait été si longtemps un mythe ! Prisonnier de la terre des hommes après l'arrivée des anges dans le Voile, son royaume avait été détruit lorsque Satan avait créé son empire. Il avait mené la cour Unseelie en secret durant des millénaires, et enfin il se révélait au grand jour.

Aucun des sortilèges d'Agamand ne semblait être utile alors qu'il combattait dans la marée de morts végétaux. Aucun d'entre eux n'intervenait, et c'était finalement un duel d'épéistes et de guerrier uniquement. Le Roi Corbeau était bien plus rapide, mais il ployait sous les coups puissants de son adversaire. Finalement, la lame de flammes fit saigner le chtonien et aussitôt l'armure de l'Archidémon se délecta du fluide vital. La puissance du démon n'en serait que renforcée. Seulement, jamais le Roi Corbeau ne serait sorti de son isolement pour un combat qu'il n'était pas certain de gagner. Il n'aurait pas mis en danger des siècles de préparation en laissant une telle inconnue que l'issu de son combat contre Agamand dans la balance.

Il virevolta autour de l'armure noire, passant derrière son adversaire. Son épée argentée se teinta un instant de noir, devenant aussi ténébreuse que l'armure d'Agamand. Elle transperça cette dernière de part en part. Le plastron était perforé par la lame du chotnien, comme s'il ne s'agissait que de simple acier. Seulement elle avait été greffée au corps du démon, forgée dans les flammes du Braiser. Il y eut un instant de battement, puis l'archidémon se redressa, écrasant son poing sur l'armure du Roi Corbeau. Ivre de rage, toujours transpercé de part en part, il enchaîna plusieurs coups de son arme en direction de son adversaire. Mais toujours ce dernier esquivait.

Cette danse dura quelques minutes, un sang épais et semblable à de la lave s'échappait de l'armure de l'archidémon. Finalement il tomba à genou. Alors le Roi Corbeau se saisit de son épée et l'extirpa du corps de son adversaire. D'un geste souple, il décapita Agamand, la tête cornue roulant au milieu du champ de bataille. Sa voix s'éleva alors, semblable à celle du tonnerre.

"Je suis le Roi Corbeau, et aujourd'hui j'ai tué l'archidémon Agamand ! Je pourrais raser votre forteresse, vous tuer jusqu'au dernier. Mais je vous laisse être les témoins de ce qu'il s'est passé ici. Allez à la Scholomance, allez à Pandaemonium et à Ys ! Racontez-leur ce qu'il vient de se passer ! Moi, le Roi Corbeau, ait tué un archidémon, et je proclame une bonne fois pour toute la fin de l'empire de Satan !"

Les morts-vivants et les arbres possédés, ainsi que les Leshi, arrêtèrent de combattre. Sur les remparts, les démons survivants de la Chasse Sauvage assistèrent en silence au retrait de la horde sylvestre. Presque sans un bruit, et sans une acclamation ou un rugissement de victoire, l'armée adverse disparue dans les bois. Il ne restait plus que les cadavres des chiens démoniaques et de ceux qui étaient tombés au combat. Le corps d'Agamand était toujours là, mais apparemment, le Roi Corbeau avait pris sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellcome.forumactif.com
Pasiphaé

avatar

Messages : 66

MessageSujet: Re: Le siège de la Citadelle [EVENT : Libre]   Sam 27 Déc - 19:49




Le combat fut éprouvant, fatiguant, mais la sorcière alfe tint bon, ayant une furieuse impression de "déjà vu"! Oui, elle avait connu ce genre d'attaque dans sa jeunesse, oui, elle avait déjà réussi à tenir, oui, elle n'en était pas sortie indemne : ce genre de duel lui avait coûté un œil... La sorcière poussa un mugissement sauvage tandis que ses yeux flamboyaient d'une rage d'ogresse! Morgue n'était plus transportée par son plaisir de la bataille ou sa soif de sang, elle était mue par une envie de vivre pour atteindre son véritable adversaire : était-ce celui de sa prime jeunesse? Était-ce celui qui lui avait volé l'un de ses yeux?!

La colère et le désir de vengeance furent les seules raisons qui la firent tenir bon aux assauts des végétaux pétris de squelettes. Le tout associé a une expérience acquise, bien qu'amère, qui lui donnait une certaines dextérité et une bonne efficacité. Ceux qui l'entouraient lui servaient de carburant à l'ensemble de ses sorts, elle les sacrifiait avec une détermination qui frôlait la frénésie de meurtres. Elle n'en avait pas assez, il lui en fallait toujours plus : "Encore!" hurlait-elle pour elle-même "Encore! Encore plus!". Quand un arbre vénérable et imposant tenta de lui abattre son poing, elle l'esquiva tout en drainant l'immondice avidement, afin d'utiliser cette énergie contre les vagues successives d'opposants, tous plus nombreux. Mais le nombre ne pouvait vraiment jouer contre son drain, surtout au vu de la nature des opposants. C'était une sorcière alfe après tout! Soudain, les combats cessèrent brusquement, ce qui fit grogner d'indignation Morgue : qui osait cesser le combat?! Elle n'en avait pas eut assez! Serrant les dents, elle vit alors le Roi noir à la cape de plume lever une tête casquée :

- Je suis le Roi Corbeau, et aujourd'hui j'ai tué l'archidémon Agamand ! Je pourrais raser votre forteresse, vous tuer jusqu'au dernier. Mais je vous laisse être les témoins de ce qu'il s'est passé ici. Allez à la Scholomance, allez à Pandaemonium et à Ys ! Racontez-leur ce qu'il vient de se passer ! Moi, le Roi Corbeau, ait tué un archidémon, et je proclame une bonne fois pour toute la fin de l'empire de Satan !

Presque sans un bruit, les assaillants se retirèrent, laissant ceux de la chasse sans chef. L'oeil valide de Morgue s'écarquilla de stupeur devant ce spectacle. Ni une ni deux, elle courut après l'armée adversaire l'épée à la main, cherchant à rattraper l'un des chefs, n'importe lequel! Une armée de chtonien! Une véritable aubaine! Elle devait suivre le mouvement et vite! L'occasion ne se présenterait pas deux fois et le camps d'Agamand n'avait plus le moindre intérêt désormais!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le siège de la Citadelle [EVENT : Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le siège de la Citadelle [EVENT : Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Event 1, sujet 2: Le siège de Port-Réal (libre)
» Event | Libre | L'arrivé d'un ange...
» [Event + Libre + Sbire] Blitzkrieg
» [Event/Libre]La foire de noël
» [Event, Libre] Argenta en fête

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hellcome :: Vie du Monde Souterrain :: Ossements-
Sauter vers: